samedi 24 septembre 2016


« Préservons la paix et l’unité de l’Église »
(communiqué du bureau de presse de l’Église orthodoxe roumaine au sujet du Concile de Crète)

le 24 Septembre 2016

« Durant cette dernière période ont eu lieu des manifestations publiques de certaines personnes qui, dans un esprit mondain et agressif, ont accusé et calomnié les hiérarques de l’Église orthodoxe roumaine présents au Concile de Crète (2016), auquel ont participé environ 200 hiérarques de dix Églises orthodoxes sœurs. Ceux qui promeuvent des attitudes négatives sont, en général, des clercs rebelles et des moines non canoniques, désobéissants et instables qui ne vivent pas dans les monastères conformément à l’ordre monastique, et encore des laïcs influencés négativement par ceux-ci. Un tel groupe a protesté sur la colline métropolitaine (à Bucarest) le 30 août 2016. Les membres de ce groupe, qui ont été écoutés par l’évêque Barlaam de Ploieşti, ont montré qu’ils étaient inaptes au dialogue, mais étaient agressifs, répétant des idées et des accusations infondées, jugeant et calomniant les hiérarques qui ont approuvé le document du Concile de Crète concernant les relation de l’Église orthodoxe avec les autres chrétiens. 

À une époque à laquelle l’Église orthodoxe est attaquée par les nombreuses forces extérieures visibles et invisibles du phénomène de la sécularisation, ces individus qui n’obéissent pas à l’Église perturbent de l’intérieur, sous prétexte de défendre l’Orthodoxie, la paix et l’unité de l’Église, parce qu’ils ne sont pas guidés par l’Esprit du Christ. 

Or, dans leur grande majorité, le clergé, les moines et les fidèles de l’Église orthodoxe roumaine préservent la paix et l’unité de l’Église du Christ et connaissent la vérité, à savoir que le Concile de Crète n’a pas formulé de nouveaux dogmes, mais a témoigné que l’Église orthodoxe est l’Église Une, Sainte, Catholique et Apostolique du Christ, tandis que les églises ou les confessions hétérodoxes (non-orthodoxes) se sont séparées de l’Orthodoxie, parce qu’elles se sont éloignées de la foi orthodoxe qui est la base de l’unité de l’Église.

 Mais, puisque le Seigneur Jésus-Christ a prié le Père céleste pour que Ses disciples et tous ceux qui croient en Lui soient un (cf. Jn XVII, 21), c’est-à-dire qu’ils préservent l’unité de l’Église sur le fondement de la vraie foi, l’Église orthodoxe ne promeut pas la haine confessionnelle ou « la guerre de religions », mais la foi qui est agissante par la charité » (Galates V, 6), témoignant de l’Orthodoxie avec humilité et paix de l’âme. Ainsi, les véritables chrétiens orthodoxes peuvent préserver la foi droite, tout en se trouvant en dialogue ou en collaboration d’ordre social et caritatif ou culturel avec les autres chrétiens, principalement dans les pays dans lesquels les chrétiens orthodoxes sont minoritaires.

 Par exemple, actuellement, existent en Europe occidentale environ 700 paroisses orthodoxes roumaines dont 670 ne sont pas propriétaires de leurs églises, priant dans des lieux de culte loués ou prêtés par des chrétiens catholiques, anglicans ou protestants, sans que ces Roumains n’aient pour autant perdu leur foi orthodoxe. Aussi, le chrétien orthodoxe lucide et réaliste peut rester fidèle à l’Orthodoxie même s’il se trouve en dialogue ou collabore avec d’autres chrétiens, sans être fanatique, arrogant ou agressif. Or, ceux qui troublent la paix et l’unité de l’Église n’ont aucune responsabilité pastorale pour la communauté orthodoxe roumaine de l’étranger et ne comprennent pas non plus que c’est un grand péché que de diviser et de troubler la paix et l’unité de l’Église sous le prétexte qu’eux-seuls, les protestataires, sont de vrais chrétiens, corrects et compétents dans la défense de l’Orthodoxie, déclarant hérétiques tout ceux qui ne pensent pas comme eux. 

Le terme Église signifie rassemblement et non division, c’est-à-dire le rassemblement des chrétiens orthodoxes dans l’amour de la Très Sainte Trinité par le témoignage et la vie selon la vraie foi en communion fraternelle en Christ et l’obéissance aux pères spirituels à qui a été confiée l’œuvre du pastorat des fidèles sur la voie du salut (cf Hébr. XIII, 17). Aussi, nous devons toujours préserver la paix et l’unité de l’Église du Christ ! »

Bureau de Presse de l’Église orthodoxe roumaine


Source: orthodoxie.com

jeudi 22 septembre 2016

Organisation

Les orthodoxes de France, un passé riche d'avenir !


Riche des apports des différentes émigrations en provenance de pays traditionnellement orthodoxes qui ont eu lieu principalement au cours du XXème siècle, que ce soit en raison de circonstances politiques de guerres ou de révolutions, ou bien en raison de difficultés économiques, l'Eglise orthodoxe en France intègre aujourd'hui à la fois les immigrés des premières générations et leurs descendants (pleinement intégrés en France) mais aussi des français de souche ayant découvert l'Orthodoxie et sont entrés dans la communion de l'Eglise orthodoxe. La chronologie des principaux évènements saillants de l'évolution de l'Eglise orthodoxe en France est là pour témoigner de la profondeur historique et de la variété d'expression de la diversité orthodoxe en France.

Une Eglise "Une" dans la foi, "plurielle" dans l'expression

L'Eglise orthodoxe en France est composée de plusieurs diocèses et communautés formés à l'origine en provenance de traditions ecclésiales orthodoxes et culturelles différentes (russe, grecque, antiochienne, roumaine, serbe, géorgienne ...) qui oeuvrent et témoignent, ensemble et séparément, en un même lieu, la France, avec leurs particularités respectives. L'Eglise orthodoxe en France est une des meilleures illustrations de la dialectique de l'Unité dans la diversité. L'unité de l'Eglise orthodoxe en France résulte de l'unité et la communion de ses fidèles, quelque soit leur appartenance diocésaine, dans une même foi, la foi orthodoxe, vécue dans les sacrements de l'Eglise orthodoxe. L'unité au sein de l'orthodoxie n'est jamais vécue comme l'expression d'une uniformité. La diversité qui s'exprime en son sein est indiscutablement  source de grande richesse. Cette pluralité résulte des apports successifs des différentes communautés et paroisses de tradition ecclésiale orthodoxe différente ayant chacune ses propres expériences, particularités et  tradtions, sources de richesse pour l'ensemble. Mieux que quiconque, Olivier Clément a su parfaitement illustrer dans la Rétrospective de la présence orthodoxe en France,exposée lors de la Ière journée de l'Orthodoxe en France, cette source de richesse de l'Eglise orthodoxe en France et des communautés qui la constituent. Il a de même résumé les dynamiques de convergence qui, au delà des tensions conjoncturelles qui peuvent exister ici et là, font que l'Eglise orthodoxe continuent de rayonner tranquillement et de s'intégrer pleinement dans le paysage religieux et socio-politique français, et d'évoluer avec toutes ses composantes vers un avenir commun, local, assumé de tous les orthodoxes de ce pays. De même, l'exposé de l'Archimandrite Syméon Cossec lors de la même Journée de l'Orthodoxie en France sur "le vécu de la tradition et de la spiritualité orthodoxe en France" était très substantiel pour témoigner de la densité de cette richesse orthodoxe en France.

Du comite interépiscopal orthodoxe, à l'Assemblée des Evêques, une dynamique de convergence qui se poursuit

La création en 1967 du Comité inter-épiscopal orthodoxe permanent réunissant les évêques orthodoxes de France sous la présidence du Métropolite Mélétios, exarque à l’époque du patriarche œcuménique, aujourd’hui décédé a été le début de cette dynamique de convergence qui a été confirmée, accentuée et étendue, en 1997, par la fondation de l’Assemblée des Evêques Orthodoxes de France. Formé à l’origine pour permettre aux juridictions canoniques d’adopter des positions communes dans les relations œcuméniques, le Comité inter-épiscopal orthodoxe en France était devenu par la suite une instance réelle de concertation et de coordination de l’épiscopat orthodoxe canonique en France et de rapprochement entre les communautés et institutions orthodoxes de France, dont l’expérience, comme devait le souligner de nombreux responsables d’Eglises et théologiens orthodoxes, a représenté une référence non négligeable sur le plan panorthodoxe, dans le long processus d’organisation de la diaspora orthodoxe. 

L'Assemblée des Évêques Orthodoxes de France, une avancée significative dans l'organisation de l'Eglise orthodoxe en France

Le fait le plus marquant et significatif pour l’avenir de l’Eglise orthodoxe en France a été la transformation en 1997 du Comité inter-épiscopal orthodoxe en une Assemblée épiscopale, en application des décisions et recommandations des commissions préconciliaires. Ce changement traduisait une évolution vers un statut pleinement collégial, conforme à l’ecclésiologie orthodoxe et répondant aux axes tracés par le processus préconciliaire pan-orthodoxe  Sans abolir les liens avec les Eglises-Mères, ni la diversité linguistique et culturelle des différentes communautés, il s’agit bien en effet, de continuer à progresser dans la manifestation de l’Unité de la Foi et de la pastorale sur un même territoire, en faisant fructifier ensemble l’apport des différentes traditions. Cette avancée inter épiscopale que représente la constitution de l'Assemblée des Evêques Orthodoxes de France en 1997, se trouve aujourd'hui pleinement confirmée par les réunions et décisions de la IVème Conférence Pan Orthodoxe Préconciliaire qui s'est tenue à Chambésy près de Genève du 6 au 12 juin 2009.

L'AEOF, interlocuteur officiel au niveau inter-chrétien, dans les relations avec les autres cultes, et les autorités en France

Au delà des relations bilatérales que peuvent entretenir et développer les diocèses orthodoxes en France au niveau chrétien, avec les autres cultes et /ou avec les autorités, l'Assemblée des Evêques Orthodoxes de France est aujourd'hui pleinement reconnue comme l'instance officielle de coopération et de représentation de l'épiscopat orthodoxe canonique en France. Sur le plan inter-chrétien, l'Assemblée des Evêques Orthodoxes de France co-préside avec la Conférence des évêques de France (Eglise catholique) et la Fédération Protestante de France (Eglises protestantes), le Conseil d'Eglises chrétiennes en France (CECEF). Elle intervient aussi aux côtés des autres responsables de culte en France pour tout ce qui concerne les questions cultuelles et de société en France et entretient des relations étroites et régulières, de confiance et de coopération,  avec les différentes instances publiques de France ainsi qu'avec les autorités chargées des cultes en France. Les messages de soutien des plus hautes instances de l'Etat (cf. à titre d'exemple le message du président de la Républlique, Monsieur Nicolas Sarkozy aux orthodoxes de France à l'occasion du 40ème anniversaire de la fondation du Comité interépiscopal orthodoxe en France, et le message du ministre de l'intérieur Mme Michèle ALLIOT-MARIE, à l'occasion de la Nativité 2007) illustrent parfaitement cette évolution et reconnaissance de l'AEOF comme interlocuteur orthodoxe canonique officiel en France.

 Source: Assemblée des Évêques Orthodoxe de France



 Pour les lecteurs de ce blog, ainsi que pour les autorités qui viennent chercher quelques informations:

Alors que dans nos belles provinces, commencent à sévir quelques pseudo-évêques, il m'a semblé bon après en avoir rendu compte au Métropolite Joseph de la Métropole Orthodoxe Roumaine d'Europe Occidentale et Méridionale de reprendre ces deux communiqués publiés par l'AEOF afin de mettre en garde ceux ou celles qui pourraient se laisser abuser par quelques personnages arborant fièrement une soutane et des attributs...épiscopaux!

Communiqué

L’Assemblée des évêques orthodoxes de France, où siègent les évêques relevant des patriarcats orthodoxes constitués historiquement et s’assurant d’une mutuelle reconnaissance, communique ce qui suit :
L’ecclésiologie orthodoxe est une ecclésiologie de communion. Ainsi, autour de son évêque, chaque église locale constitue la manifestation plénière de l’Eglise universelle à condition d’être en communion avec toutes les autres dans l’unité de la foi et du calice, attestée par la "succession apostolique" et la conciliarité des évêques.

En ce qui concerne la France, les Eglises orthodoxes canoniques sont représentées par tous les évêques qui sont membres de l’association légalement constituée sous la dénomination "Assemblée des évêques orthodoxes de France". Elle seule est habilité à manifester l’unité et la canonicité de l’Eglise orthodoxe dans ce pays.
 
Par conséquent, toute personne se prétendant être évêque orthodoxe sans être en communion avec la dite Assemblée ne peut se prévaloir d’un statut canonique orthodoxe en France.

L’Assemblée des évêques orthodoxes de France tient donc à mettre en garde les personnes dont la bonne foi pourrait ainsi se trouver surprise, et déclare que la responsabilité de l’Église orthodoxe en France ne saurait être aucunement engagée par les activités ou les déclarations de toute personne ou de tout groupe n’étant pas en communion avec elle.

Fait à Paris, le 3 avril 1997.

Le métropolite Jérémie

Président de l’Assemblée des évêques orthodoxes de France


Communiqué

Constatant la recrudescence en France de communautés, de groupes ou de personnes (clercs ou laïcs), qui se prétendent de l’Eglise orthodoxe, l’Assemblée des évêques orthodoxes de France (AEOF) entend dissiper toute confusion à cet égard en précisant ce qui suit.

L’Eglise orthodoxe confesse une unité doctrinale et sacramentelle, qui se manifeste de façon ininterrompue depuis son origine jusqu’à aujourd’hui, dans la fidélité à la foi apostolique. Ceci s’exprime par sa théologie, son ecclésiologie et sa Tradition, dans la nature conciliaire de son organisation.

L’Eglise orthodoxe dans le monde est constituée par des Eglises-soeurs, autocéphales ou autonomes, qui s’assurent d’une reconnaissance et d’une communion mutuelles, partageant la même ecclésiologie, confessant la même foi et appliquant le même droit canonique.

L’organisation canonique définitive des communautés orthodoxes en France et dans les autres pays se trouvant en dehors des limites géographiques historiques des Eglises autocéphales, sera examinée par le Grand et Saint Concile panorthodoxe dont la préparation se poursuit actuellement. Dans l’attente d’une telle organisation, la commission inter orthodoxe préconciliaire préparatoire, réunie à Chambésy (Suisse) en novembre 1993, a préconisé la création d’Assemblées épiscopales. En application de cette recommandation, une Assemblée des évêques orthodoxes de France s’est constituée en février 1997, succédant ainsi au Comité inter épiscopal orthodoxe créé en 1967. C’est pourquoi l’Assemblée des évêques orthodoxes de France est canoniquement la seule habilitée à représenter l’orthodoxie et à manifester l’unité et la canonicité de l’Eglise orthodoxe en France.

Ainsi, toute personne (clerc ou laïc), groupe ou communauté se prétendant être "chrétien orthodoxe" ou s’attribuant cette appellation sans être en communion avec l’Assemblée des évêques orthodoxes de France ne peut se prévaloir d’un statut canonique orthodoxe dans ce pays. Par conséquent l’Assemblée des évêques orthodoxes de France ne peut être tenue responsable de leurs agissements et / ou déclarations.

Aussi, et afin d’éviter toute confusion ou amalgame dans l’opinion publique, l’Assemblée des évêques orthodoxes de France invite-t-elle les médias à se renseigner auprès d’elle sur le statut canonique de toute communauté, groupe et / ou personne (clerc ou laïc) se réclamant de l’orthodoxie en France.

Fait à Paris, le 1 avril 1999.
Le métropolite Jérémie

Président de l’Assemblée des évêques orthodoxes de France

vendredi 2 septembre 2016

Calendrier Liturgique du mois de Septembre 2016.
Mission Orthodoxe de GRASSE
Chapelle St Jean de Grasse
2 ch.de St jean. 06130 Grasse/ tel: 06 47 36 09 34


Vendredi 23 Septembre : Conception du Prophète et Précurseur et Baptiste Jean. Lecture de l’Acathiste à Jean le Baptiste à 19h.
Samedi 24 Septembre : Grandes vêpres à 18h.
Dimanche 25 Septembre: 14ème dimanche après la Pentecôte (La pêche miraculeuse).  Laudes et Divine Liturgie à partir de 9h30, puis agapes.

Samedi 1 Octobre : Fête de la Protection de la Mère de Dieu. Lecture de l’Acathiste à la Mère de Dieu à 17h30 Grandes Vêpres à 18h.
Dimanche 2 Octobre : 15ème dimanche après la Pentecôte (L'amour des ennemis).  Laudes et Divine Liturgie à partir de 9h30, puis agapes


+++

lundi 22 août 2016

Sauvons le Moulin du Ruisseau!

Cher Père Gontran,
Pourriez-vous diffuser cet appel à dons auprès de vos proches et amis ? Nous lançons cet appel urgent pour sauver le centre associatif du Moulin du Ruisseau près de Saint-Pétersbourg . Merci de votre aide,
Amicalement
Alexandre Eltchaninoff

Appel URGENT de l’ACER-RUSSIE


Le Centre du Moulin du Ruisseau, à quelques kilomètres de Saint-Pétersbourg est un lieu unique. L’association « Le Retour », propriétaire des lieux, y a créé un espace de vie, de rencontre destiné à ceux qui ont sombré dans la drogue, le désespoir ou le renoncement. Le Centre accueille dans cet oasis de calme et de nature encore sauvage des jeunes blessés par la vie, des pèlerins de passage dans la Venise du Nord et n’ayant pas les moyens de loger dans la ville, des enfants et adolescents privés de vacances...

Dimitri Ostrovski, président de l’association « Le Retour », est un partenaire de l’ACER-RUSSIE depuis les débuts de la pérestroïka. Son association est connue de tous dans la ville, le Moulin du Ruisseau, composé de deux bâtiments et d’une église, est un refuge et une possibilité d’hébergement provisoire pour de nombreuses associations d’aide sociale. Le Centre est un lieu de vacances pour des enfants de familles défavorisées, pour les associations d’aide à l’enfance qui les suivent.

Aujourd’hui le Centre est en danger ! Mobilisons nos énergies pour le sauver!
La maison centrale risque de se détériorer car quarante fenêtres en bois doivent être changées avant cet hiver ! Les pluies d’automne risquent d’endommager les murs et en désespoir de cause, après avoir frappé à toutes les portes, Dimitri Ostrovski s’adresse à nous pour l’aider financièrement !



Merci de les soutenir Chaque don compte!  Un reçu fiscal sera envoyé à chaque donateur

 Envoyez un chèque à -ACER-RUSSIE, 91, rue Olivier de Serres 75015 Paris- à l'ordre d'ACER-RUSSIE en indiquant au dos " Moulin du Ruisseau "

Par virement - La Banque Postale, ACER  ACER-RUSSIE, IBAN FR 45 2004 1000 0115 37 359Y020 97  BIC: PSSTFRPPPAR 

Téléphonez moi pour plus de renseignements au 00 33 (0)1 42 50 53 46
Un très grand merci à tous !

Amicalement
Alexandre Eltchaninoff

Дорогие друзья,
С 1988 в Санкт-Петербурге общественный фонд “Возвращение” помогает наркозавиимым возвращаться к нормальной жизни. Фонд работает успешно благодаря сотрудничеству между профессиональными медиками и священниками. За городом создан реабилитационный центр “Мельничный ручей”. Центр играет важную роль в жизни многих, многих людей. О центре смотрите, например:
К нам обратился директор фонда Дмитрий Островский с просьбой о помощи. До зимы в доме требуется замена 40 оконных рам, иначе жить в доме зимой будет невозможно.
Любая помощь полезна. Фонду можно помочь через организацию ACER-Russie в Париже, которая поддерживает церковные благотворительные проекты в России.
реквизиты:
ACER ACER-RUSSIE, IBAN FR 45 2004 1000 0115 37 359Y020 97
BIC: PSSTFRPPPAR
Указать "Moulin du Ruisseau “




vendredi 19 août 2016



Grâce à votre générosité, nous continuons l'aménagement des abords de notre chapelle.





Mais, d'autres travaux de sécurisation sont en prévision aussi nous avons encore besoin de vos dons, et de vos prières...
En Christ, P. Gontran.
tel/ 06 47 36 09 34 (laisser message).

dimanche 26 juin 2016


Suite de l'histoire!

Avant, mais c'était avant, deux tombes de chrétien Russe Orthodoxe,
dans le " Carré Russe" du Cimetière Sainte Brigitte
 de GRASSE






Après, avec un peu d'argent, quelques relations, une tombe hétéro...doxe!



Suite...



Je ne puis que penser à la parabole du Mauvais riche et du pauvre Lazare. Peut être que cette personne veut se racheter une conduite au près de ces pauvres Lazares d'orthodoxes!

Père Nicolas SMIRNOF, qu'ont'ils fait de ton sacrifice et de ton héritage!

dimanche 19 juin 2016

  
Lettre pastorale du Synode Métropolitain
de la Métropole Orthodoxe Roumaine de l’Europe Occidentale et Méridionale
en la radieuse Fête de la Descente du Saint Esprit

Au très vénérable et très révérend Clergé,
À l’ordre monacal et au peuple orthodoxe de l’étendue de la Métropole Orthodoxe Roumaine de l’Europe Occidentale et Méridionale,
la grâce, la miséricorde et la paix du Dieu très Miséricordieux,
et nos paternelles bénédictions.

La descente du Saint Esprit – l’accomplissement de l’œuvre salvatrice de Dieu

Très vénérables et très révérends Pères,
Très vénérables Mères,
Bien aimés frères et sœurs en Christ,

On a beaucoup dit et écrit à propos des significations de la descente du Saint Esprit et de ses effets salvateurs sur les croyants. Dans les lignes qui suivent nous vous proposons de nous arrêter ensemble sur l’actualité de la descente du Saint Esprit sur chacun de nous qui, par le Baptême, avons revêtu le Christ et, par la Chrismation, nous avons été faits co-participants de la promesse faite par le Seigneur à ses disciples, avant l’ascension : Et voici, j'enverrai sur vous ce que mon Père a promis ; mais vous, restez dans la ville jusqu'à ce que vous soyez revêtus de la puissance d'en haut.(cf. Lc. 24, 49).

Cette puissance d’en haut n’est autre chose que la Grâce du Saint Esprit dont nous avons reçu le sceau au Baptême et qui rend possible en nous la croissance de l’homme nouveau (cf. Eph. 4, 24) jusqu’à l'état d'homme fait, à la mesure de la stature parfaite du Christ (cf. Eph. 4, 13). Car, nous dit le Saint Apôtre Paul, Si quelqu'un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées ; voici, toutes choses sont devenues nouvelles. (cf. 2 Cor. 5, 17). Ce renouvellement qui nous vient par le Christ Seigneur, Celui qui est ressuscité des morts, travaille en nouspar le baptême de la régénération et le renouvellement du Saint Esprit (cf. Tite 3, 5). La puissance d’en haut signifie aussi la Grâce que revêtent les serviteurs des sanctuaires, évêques, prêtres et diacres et tous ceux qui font leur service en ayant été ordonnés. La même puissance d’en haut est revêtue par tous ceux qui reçoivent la tonsure dans la vie angélique – moines et moniales – et qui revêtent toutes les armes nécessaires pour porter la guerre invisible contre leurs propres passions.

Beaucoup d’entre nous, cependant, ont l’impression que le renouvellement qui s’est fait dans le Baptême et la Chrismation, par l’ordination ou la tonsure dans le monachisme, travaille, en quelque sorte, de soi-même... Tel celui qui a semé son jardin, et qui, sans l’arroser ou le sarcler ou le bêcher, attend qu’il lui donne des fruits... Mais la réalité est que lanouvelle créature a besoin de la nouvelle nourriture. Car, dit le Seigneur, ce qui est né de la chair est chair, et ce qui est né de l'Esprit est Esprit. (cf. Jn. 3, 6). Par conséquent, il est naturel que nous, qui sommes nés à nouveau, de l’eau et de l’Esprit (cf. Jn. 3, 5), nous nous nourrissions de l’Esprit de Dieu et de tout ce qui est spirituel, conformes à notre nouvelle identité de fils de Dieu, selon la Grâce. Cela signifie que, comme les nouveau-nés ont besoin de vitamines pour grandir et se développer normalement, ainsi ceux qui sont nés à nouveau, de l’eau et de l’Esprit, ont besoin de la nourriture spirituelle, pour croître et se fortifier dans l’Esprit, et être remplis de sagesse (cf. Lc. 1, 80 ; 2, 40). C’est pourquoi, nous chantons aux fêtes : Par le Saint Esprit, toute âme vit et dans la pureté elle s’élève...

Le soin pour la nourriture spirituelle du peuple est à la charge, avant tout, des pasteurs de l’Église, les évêques, et leurs envoyés au milieu du peuple, les prêtres, comme ceux qui sont censés paître les agneaux et les brebis du Seigneur (cf. Jn. 21, 15-17), pour lesquels le Christ Dieu, le Grand Hiérarque, leur demandera des comptes, car Il dit, par la bouche du prophète Ezéchiel : Voici, j'en veux aux pasteurs ! Je reprendrai mes brebis d'entre leurs mains, je ne les laisserai plus paître mes brebis (…) Voici, j'aurai soin moi-même de mes brebis, et j'en ferai la revue. (...) C'est moi qui ferai paître mes brebis, c'est moi qui les ferai reposer, dit le Seigneur, l'Éternel. (cf. Ez. 34, 10 ; 11 ; 15). Grande est la responsabilité des pasteurs de l’Église que le Saint Esprit a établis évêques, pour paître l'Église du Seigneur, qu'il s'est acquise par son propre sang ! (cf. Actes 20, 28) Ainsi, le Saint Apôtre Pierre exhorte les pasteurs, en disant :Paissez le troupeau de Dieu qui est sous votre garde, non par contrainte, mais volontairement, selon Dieu ; non pour un gain sordide, mais avec dévouement (1 Pierre 5, 2).

Prendre soin du peuple de Dieu suppose de lui procurer la nourriture salvatrice propre aux fils de Dieu. La première nourriture dont se nourrissent les fils de Dieu, c’est sa Parole. Car le Seigneur Lui-même nous dit que l'homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu. (Mt. 4, 4). Ceci présuppose autant la lecture de la Parole de Dieu, que son explication, inspirée par le même Saint Esprit Qui l’a insufflée aux prophètes et aux apôtres. Mais cela veut dire qu’il convient aux pasteurs eux-mêmes de travailler à la prédication et à l’enseignement, pour être jugés dignes d’un double honneur (1 Tim. 5, 17). Car celui qui observera et enseignera à observer, celui-là sera appelé grand dans le royaume des cieux (Mt. 5, 19).

Par rapport à cela, se situe aussi le devoir des pasteurs d’âmes d’accomplir le commandement de Dieu donné avant son Ascension aux cieux, d’apprendre aux baptisés à observer tout ce qu’Il a prescrit aux Apôtres et, par eux, à leurs successeurs, les évêques et les prêtres (cf. Mt. 28, 20). C’est pourquoi, la catéchèse joue un rôle fondamental dans l’enseignement, l’appropriation, le vécu et la transmission de la foi, à chaque génération de chrétiens. Mais ce processus d’enseignement, d’appropriation et de transmission de la foi ne peut s’accomplir comme il convient sans l’apport essentiel des parents et des parrains orthodoxes, qui eux-mêmes vivent la foi. C’est de leur implication dans la catéchèse avant et après le Baptême, voire même dans la catéchèse avant et après le Mariage, que dépend l’avenir de la famille chrétienne et des générations qui viennent après nous.

Un autre rôle important des pasteurs d’âmes est de prendre soin que les fils de Dieu, avec l'aide de la Grâce, reçoivent continuellement la vraie nourriture et la vraie boisson (cf. Jn. 6, 55), à savoir le Pain céleste (cf. Jn. 6, 33 ; 41 ; 58), la vraie nourriture pour le monde, le Saint Corps et le Précieux Sang de notre Seigneur et Dieu et Sauveur Jésus Christ Qui S’est donné pour la vie du monde (cf. Jn. 6, 51). Cette œuvre merveilleuse du Sacerdoce, par lequel on présente les honorables Dons de pain et de vin  afin qu’ils soient transformés en Corps et Sang du Seigneur, s’accomplit dans la puissance de l’Esprit Saint, par son invocation (épiclèse) sur nous et sur les Dons présentés ici. Ainsi, tous ceux qui ont reçu le Baptême au nom de la Sainte Trinité et ont reçu le Sceau du Don du Saint Esprit, deviennent coparticipants, lorsqu'ils participent à la Divine Liturgie, au renouvellement de la Grâce de l’Esprit Saint dans leurs cœurs, afin de pouvoir recevoir, avec un cœur et une conscience purs, à chaque fois qu’ils participent à la Divine Liturgie, les vivres célestes nécessaires pour traverser la voie de la vie, vers l’éternité. C’est pourquoi, les pasteurs d’âmes ont le devoir de prendre soin que les fils de l’Eglise progressent dans la connaissance de l’importance de la communion au Saint Corps et au Précieux Sang de notre Seigneur Jésus-Christ pour acquérir le salut. Ainsi, ils doivent faire croître le désir des fidèles de communier plus souvent et avec de plus en plus d’attention à la préparation pour la Communion, pour qu’ils puissent, au moins une part d’entre eux, communier à la même fréquence à laquelle ils participent à la Divine Liturgie.

Le progrès de nous tous, clergé, moines ou laïcs, dépend donc de la mesure dans laquelle nous sommes persévérants à souscrire à la mort de tous les mauvais héritages et inclinaisons que nous observons en nous (ou que parfois nous révèlent les autres) et nous souhaitons voir s’agrandir dans notre cœur et dans notre esprit, dans la voix et dans les sentiments, le visage du Christ, afin d’arriver à faire tout ce qui est agréable pour Lui.

Bien-aimés frères et sœurs dans le Seigneur,

Selon ce qui est maintenant une bonne tradition d’aide mutuelle, en ce jour de fête et de fondation de l’Eglise, nous organisons une quête pour soutenir tous les projets pastoraux, missionnaires et sociaux de notre Métropole. C’est pourquoi, nous vous exhortons avec tout notre amour, chacun d’entre vous, selon son coeur, à appuyer par votre don le travail missionnaire des paroisses, des monastères et des éparchies de notre Métropole d’Europe Occidentale et Méridionale, pour qu’ainsi, selon ce que dit le Saint Apôtre Paul, "nous puissions consoler ceux qui se trouvent dans quelque l'affliction " (II Cor. 1, 4).

Que la Grâce du Saint Esprit, Consolateur et guide vers la vérité tout entière (cf. Jn.16,13), envoyée dans le monde par le Fils de Dieu Qui s’est élevé aux cieux dans son corps, descende abondamment sur nous tous, pour le renouvellement de notre vie et pour notre salut !

Vos hiérarques et pères qui vous souhaitent tout le bien pour votre salut,
        
† Métropolité JOSEPH
de la Métropole Orthodoxe Roumaine de l’Europe Occidentale et Méridionale

† Evêque SILOUANE
de l’Evêché Orthodoxe Roumain de l’Italie

Evêque TIMOTHEE
de l’Evêché Orthodoxe Roumain de l’Espagne et du Portugal

† Evêque Vicaire MARC DE NEAMŢ
de l’Archevêché Orthodoxe Roumain de l’Europe Occidentale

† Hiérarque Vicaire IGNACE DE MUREŞ
de l’Evêché Orthodoxe Roumain de l’Espagne et du Portugal

Donnée en notre résidence de Paris, en la Fête de la Descente du Saint Esprit,
le 19 juin, en l’an du salut 2016