jeudi 3 octobre 2013

Si très peu de chrétiens ont une conscience vive et angoissante de leurs péchés, c'est que Jésus ne leur est pas présent. Nous touchons ici à un point important concernant "l'évangélisation" et " la conversion": On ne passe pas de la conscience du péché à la présence de Jésus, mais, au contraire, de la présence de Jésus à la conscience du péché. C'est le regard que nous jetons sur Jésus (ou plutôt  notre conscience du regard que Jésus jette sur nous) qui produit en nous la repentance.

Tiré de la catéchèse orthodoxe: L'An de Grâce du Seigneur, page 37, du p. Lev Gilet. Dimanche de la Pêche miraculeuse.